• Tout perdu

    Égarée sur fond d'ardoise

    En écriture automatique

    Je me penche sur les draps du repos.

    Ne pas retenir le désir

    Le laisser fuir

    Au-dessus des falaises ocres de Pénétin

    Un tremblement secoue la mort

    Aéroplane à la dérive des fins d'amour

    En contreplaqué sur rivière crépitante

    Revenir sans fin aux bons moments

    Du miracle d'être nue

    En toute richesse

    Découvrir le paradis dans l'enfer du jour

    S'assoir sur le rêve du tango argentin

    En marchant collé au sol à sa poitrine à sa main à son épaule.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :