• Poussière d'Europe

    A mon amie Florie Guttin poétesse et peintre

    Poussière d'Europe

     

    A coté de l'au-delà

    Tu es attentive au grain de sable

    Qui courre sur la planche à pain

    Et ta figure au minois attentif

    S'inonde de bonté de braises.

    Courant dans ta déchirure

    Tu cloues l'amertume sur le faux plafond

    Du château de Chenonceau

     

    Sans cesse tu terrasses l'amour

    Qui se débat entre tes bras languides

    La cuvette bleue s'endort sur le pas de ta porte

    Débordante de violettes parme

    Aux cœurs soucieux

     

     

    Tu cherches une insoutenable épaisseur

    Qui épargnera ta fuite devant la rose des sables

    Figée depuis si longtemps dans les dunes

    que tu cherches à réanimer

    En soufflant des courants d'air

    Chauffés à blanc. Ainsi passe le temps

    Tu t'enfonces en souterrain neigeux

    Et barrière de dégel active

    Craignant de gagner trop vite la réconciliation

    De tous tes fantômes.

     

    Lentement s'ouvre une épaisseur des dires

    Une seconde féminité de fer

    Servante d'un devenir sublime

    Repassé en boucle jusqu'au lemniscate

    De la joie amoureuse permanente


  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Mars 2015 à 16:00

    Lentement s'ouvre une épaisseur des dires

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :