• Distance

    Distance

    Une éternité
    A coté de toi je reste plantée
    En tournesol en plein champ
    Secouée par une tonne de musique


    Mon corps vibre d'une lumière sombre
    Que tes grands bras d'ombres
    Encerclent de tant de lumière
    Que s'éteint le ciel de Jupiter


    A la pointe de mes aréoles perlent ton souvenir
    Tes mains caressantes en douceur
    Leur rondeur dans une  tension d'acceptation
    Mes seins indépendants brutalement entre en soumission


    Un écart
    Souci d'engagement dans ta seule vie
    Poursuivie par ton être secret ton corps sans amarre
    Refuse l'attachement, blockhaus sans phare


  • Commentaires

    1
    Mardi 10 Mars 2015 à 07:23

    J'aime beaucoup ce texte qui relate une tension, celle du désir de la peau, qui réclame son d^u et celle de l'envie d'^etre libre....

    Les images sont puissantes....

    Juste une petite chose pour moi, je n'aurais pas écrit "en tournesol", mais "tournesol en plein champ", ce qui donne pour moi une plus grande fluidité.....

    attention "mes seins entre -> mes seins entrent"....

    2
    Mardi 10 Mars 2015 à 11:48

    merci Agnes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :